emag


A grand renfort de communication, le maire essaie de nous vendre ses options budgétaires pour « préparer la ville de demain » : des dépenses d’investissement qui explosent bien au-delà du raisonnable à plus de 16 millions d’Euros pour 2018  alors même que les dépenses de fonctionnement continuent d’augmenter de +3,7%, emportés par une nouvelle augmentation de la masse salariale, notamment avec des postes de chargés de mission pour mettre en œuvre des projets dont la ville n’a pas forcément besoin comme le centre des mathématiques par exemple ! Cette inflation est d’autant plus inquiétante que les investissements ne sont pas financés et qu’un emprunt de 3,5M€ est nécessaire pour équilibrer le budget !
La dette des Eaubonnais aura augmenté de 50% (+6,5M€), en seulement deux ans !
L’ambition démesurée du maire d’Eaubonne est porteuse d’inquiétude pour la santé financière de la ville au point que la majorité qu’il dirige envisage de déléguer au secteur privé une partie du financement des fonctionnements et investissements municipaux !
Alors que de nouvelles dépenses se profilent encore, l’ambition de cette équipe municipale qui est de moins en moins partagée se développe aujourd’hui aux dépens du quotidien et des besoins immédiats des Eaubonnais.
C’est le cas pour tout ce qui concerne la propreté de la ville et la gestion de ses espaces verts. Le Maire nous parle sans cesse de biodiversité, de développement durable, de coulée verte, d’agenda 21, de nouveaux parcs au Val-Joli et au Castel. Il se montre incapable d’entretenir convenablement les voiries et les espaces existants en laissant, par exemple, abattre une dizaine de platanes face au lycée d’Eaubonne, en laissant faire le goudronnage des racines de ceux de l’avenue de Paris …
Si penser l’avenir de la ville passe parfois par de grands travaux, il nous parait indispensable que notre Maire et sa majorité n’oublient pas que le bien-vivre à Eaubonne se gagne avant tout en entretenant tout ce qui constitue la proximité et le quotidien des Eaubonnais. Il est plus que temps que la raison reprenne le pas, et que la municipalité ramène les projets à des niveaux réalistes, réalisables et finançables pour la ville.