image18

Par 16 voix contre, 14 pour, 3 abstentions et 1 blanc, le conseil municipal a rejeté la délibération par laquelle le Maire demandait le bénéfice de la protection fonctionnelle dans le cadre d'une procédure qu'il souhaite engager pour diffamation publique contre M. Damien Parent, conseiller municipal de la majorité. Majorité qui ne l'a donc pas suivi. La délibération devait autoriser la prise en charge par la ville des frais de justice.

Extrait des motifs de la délibération
Au cours de la séance du Conseil municipal d'Eaubonne du 17 mai 2017, Monsieur Damien Parent a tenu, à l'encontre de Monsieur Dublineau les propos suivants : "(…) votre comportement n'est pas digne d'un Maire qui respecte ses élus, votre comportement est digne d'un dictateur aux petits pieds, jaloux de ses prérogatives. (…) il est temps de faire un premier bilan de votre action en tant que Maire et de la situation d'Eaubonne depuis que vous la "dirigez". Je dis "dirigez" entre guillemets, car le concept de direction, de management et d'organisation me semble vous être totalement étranger. (…) oui j'ai des reproches à vous faire. D'abord, je ne comprends pas votre absence totale à la communauté d'agglomération. Votre mission, notamment avec l'application de la loi NOTre qui confère de nouvelles compétences à l'intercommunalité consiste donc à défendre les intérêts de notre commune. Or je constate que vous n'y siégez pratiquement pas et que vous n'y intervenez jamais. En agissant ainsi, vous méprisez les Eaubonnais. Siéger à l'agglomération ne veut pas dire percevoir des indemnités de complaisance. Cela implique des devoirs, je crois que vous oubliez ces devoirs."
M. Le Maire considère que l'allégation selon laquelle il se contenterait de percevoir des indemnités sans siéger, porte atteinte à son honneur. Il a joint les compte-rendus des différentes instances.

La position des 7 élus du groupe "Eaubonne, notre ville"
1. Dans un conseil municipal, un élu accuse le Maire de mal faire son travail. Pas d'accusation de malversations ou autre. Sans minimiser, le mal n'est pas bien grand … La Cour européenne des Droits de l'Homme a d'ailleurs pris une position en ce sens.
Le Maire lui-même, régulièrement, tient envers notre groupe des propos méprisants…
2. En règle générale, les plaintes sont formulées à l'encontre d'une opposition qui exprime publiquement et de façon répétée (blogs, réseaux sociaux, etc.) des attaques outrancières.
3. La plainte vise un membre de la majorité. Cela veut donc dire que le Maire veut faire payer aux Eaubonnais ses difficultés à gérer son équipe. Nous avons indiqué que si la procédure devait aller à son terme, nous espérions qu'était prévu un mécanisme de reversement à la ville des dommages perçus.
4. Si l'on peut comprendre la nécessité de défendre sa réputation, il ne nous parait pas nécessaire d'aller jusqu'à un dépôt de plainte. Il aurait suffi d'apporter les éléments en séance.
5. La vraie question est : "Que peut-on avoir à Eaubonne comme expression contradictoire ?". C'est aussi cela l'image de la ville et celle du Maire.