po

M. le Maire a décidé de reprendre la compétence Police Municipale et d’en augmenter les effectifs. Jusqu’alors, la ville bénéficiait de 9 agents +2 ASVP (1) en journée jusqu’à 22h et de l’infrastructure de la communauté d’agglomération (direction, secrétariat, gestion, bâtiment, voiture) pour un coût de 440 000€.
Le projet prévoit une augmentation du nombre d’agents à 16 en 2017 puis 22 en 2018 (pour 25 100 habitants) et nécessiterait l’implantation de bâtiments modulaires dans la cour du poste de Police Municipale, en attendant la construction d’un nouveau commissariat. Aux dernières nouvelles, le service serait assuré de 5h à 22h, le créneau 22h-5h étant assuré par la brigade de nuit de l’agglomération ValParisis. M. le Maire prévoit aussi l’armement des agents.

Si nous ne remettons nullement en cause la nécessité de la présence d’une Police Municipale, ce projet pose cependant, des questions importantes :

UN SURCOÛT TRÈS IMPORTANT POUR LA VILLE
Un surcoût dû à l’augmentation des effectifs : 250 000€ annonce M. le Maire. Oui la première année avec les 7 recrutements, mais bien plus lorsque les 22 agents seront en fonction.
Un surcoût dû à la reprise de la compétence : la ville se prive de la mutualisation des moyens et des économies associées. C’est, en effet, un budget supplémentaire qui devra être alloué chaque année pour les salaires de secrétariat, le recrutement d’un directeur, le fonctionnement et l’entretien du bâtiment, l’entretien et le renouvellement du parc automobile, la formation des agents… Et il faudra aussi y ajouter le coût de la future brigade de nuit que la communauté d’agglomération facturera à la ville.

L’AUGMENTATION DES EFFECTIFS
Pourquoi une telle augmentation ? Y a-t-il une hausse importante de la délinquance à Eaubonne ? Eaubonne est-elle une ville où l’insécurité nécessite des moyens beaucoup plus importants que des villes avoisinantes et socio-culturellement de même strate ? Aucune donnée n’a été fournie par la Municipalité, aucun projet détaillé n’a été présenté et débattu notamment sur les missions de la Police Municipale, et leur articulation avec celles de la Police Nationale.

L’ARMEMENT DES AGENTS
M. le Maire a décidé d’équiper les agents d’armes létales (type revolvers). Mais d’autres choix sont possibles. Ils ont fait l’objet de débat en conseil municipal dans plusieurs villes environnantes, pas à Eaubonne. Certaines ont opté pour des armes non létales (type «Taser» ou «flash-ball»), ou des armes d’autodéfense (bâton de défense de type «tonfa» bombes aérosol incapacitantes) qui permettent à la Police Municipale de se protéger.
A Eaubonne, les agents de la Police Municipale sont déjà dotés d’armes d’autodéfense. Le port d’armes létales est-il vraiment utile ? N’entraîne-t-il pas une escalade de la violence ? La Police Municipale pourra-t-elle empêcher des individus déterminés à agir ? Elle ne doit pas, ne peut pas se substituer à la Police Nationale.
Armer les policiers d’armes létales, c’est rendre leur mission de proximité difficile, c’est entraver leur capacité d’aller au contact de la population et de créer des relations de confiance.

En résumé, une décision du Maire importante pour les habitants, pour un coût très conséquent ayant pour résultat une hausse d’impôt de 3.5%, sans débat, sans un état des lieux précis permettant d’en apprécier la nécessité, sans projet bien défini.
Dans le même temps, M. le Maire rogne sur tous les budgets touchant de près l’éducation des enfants eaubonnais alors que la première pierre de la lutte contre la délinquance et la radicalisation, c’est l’Education..

(1) ASVP : Agent de Surveillance de la Voie Publique

 

image14

image15