Association Eaubonne Notre Ville

19 novembre 2017

Le journal de l'association - N°7 novembre 2017

Téléchargez le journal au format PDF ENV_journal7

 

 

 

  • Stationnement : changement au 1er janvier
  • Les grands travaux : décryptage
  • Eaubonne rues propres
  • Désillusion durable
  • Communiquer à «tous» prix
  • Voirie : demain, peut-être
  • Et ça continue, encore et encore …
  • Périscolaire : attention danger
  • Carte scolaire : copie à revoir

 

Posté par EnvAsso à 17:07 - - Permalien [#]

07 novembre 2017

De pire en pire

emag


Dans notre dernière tribune, nous alertions sur des pratiques politiques incohérentes et opaques : achats de terrain sans projet (1 million d'euros non budgétés), demandes d'autorisation de permis de construire sans plans, pour des bâtiments municipaux. Notre demande insistante, mais normale, d'information pour que nous puissions exercer notre mandat d'élus, a sans doute agacé le Maire.
Il a donc demandé au conseil municipal de lui déléguer tous les dépôts de permis concernant les bâtiments municipaux. Concrètement, les conseillers municipaux n'auront aucun mot à dire sur ces projets. Le motif avancé, alléger et accélérer les procédures, ne tient pas. Nous avons des conseils municipaux tous les mois, et l'exemple du gymnase George Hébert est parlant sur la volonté de contournement du conseil municipal. Fin 2016, le Maire demande une autorisation de dépôt de permis de construire pour le gymnase, alors que l'architecte n'avait pas été désigné ! Protestation bien sûr … Au moment où nous écrivons, le permis n'est toujours pas déposé. Et nous avons eu plusieurs conseils entre temps. Cela signifie donc que 2 ou 3 personnes seules pourront décider pour la future école ou le futur centre des mathématiques. Le manque de transparence et le refus du débat démocratique s'amplifient.
Ce pouvoir se donne des airs de concertation par des réunions publiques qui ne sont que de l'information et ne font jamais changer les projets.
Ainsi, récemment, plusieurs réunions ont eu lieu pour promouvoir les programmes immobiliers. Le pire a été atteint lors de la réunion "soi-disant" publique de commercialisation des futurs appartements Promogim rue du Général Leclerc. Dans une salle municipale, le Maire et son adjoint à l'urbanisme se sont transformés en super commerciaux du promoteur, et il fallait montrer patte blanche pour y accéder. Inadmissible ! Une municipalité doit absolument rester neutre, d'autant plus lorsqu'elle a elle-même choisi le promoteur et vendu les terrains !
Visiblement, le Maire établit ses propres règles. Son équipe suit. Jusqu'où iront-ils ?

Posté par EnvAsso à 16:09 - - Permalien [#]

29 septembre 2017

Où va notre ville ?

emag

Surprise au conseil municipal du 28 juin dernier : le Plan Local d’Urbanisme (acte majeur qui régit les règles de constructions pour la ville) était placé en 26e et dernier point ! Pourtant, depuis longtemps, les sujets prioritaires sont abordés en début de séance, tant par respect pour le public que pour garantir la qualité des débats sur des points importants.
Mais le Maire ne voulait visiblement pas de débat ! Ce PLU a donc été approuvé en catimini à 2h du matin, alors que ce n'était pas une formalité …
Le projet de PLU a été modifié suite à l'enquête publique et à l'avis des Personnes Publiques Associées, au premier rang desquelles, l'Etat.
La protection additionnelle des quartiers pavillonnaires a été fortement réduite puisque les mesures, que nous estimions déjà à très faible impact, ont été "assouplies". La densification rapide de la ville, elle, est toujours là. Nous avons rappelé que cette volonté politique aurait dû être exprimée au moment de la campagne électorale. Mais non, le Maire a communiqué sur "stop au bétonnage" et les Eaubonnais ont cru qu'il reviendrait sur ce que nous appelions la "densification raisonnée". En fait, il l'a intensifiée ! Les Eaubonnais ont été trompés, et ce sera la marque de ce PLU.
Cela pose la question de la confiance, celle que l'on doit avoir dans la parole du Maire.
Confiance aussi dans sa capacité à gérer la ville, avec son équipe.
Nous nous sommes déjà interrogés sur les décisions sans préparation ni concertation. Elles ont atteint des sommets ce soir-là, avec l'achat de 2 terrains pour un montant de 1 million d'euros non budgétés, alors que le budget a été voté il y a 2 mois. Pour l’un de ces terrains, 3 motifs différents nous ont été donnés. Est-ce bien sérieux ?
Et cela a continué avec une nouvelle demande d’autorisation de permis de construire sans présentation du moindre plan ! Les travaux sont peut-être pertinents, mais sans description de la réalisation, comment se prononcer ?
Par une communication massive et orientée, le Maire cherche à faire croire que tout va bien. Mais derrière cette apparence trompeuse, la réalité suscite de vives inquiétudes. Nous redoublerons donc de vigilance en cette rentrée et vous tiendrons informés.

Posté par EnvAsso à 14:24 - - Permalien [#]
Tags :

10 juillet 2017

Pour une véritable démocratie participative

emag

Entre les affaires qui ont émaillé la campagne présidentielle et les nombreux rebondissements des législatives, ces derniers mois ont été riches et mouvementés sur le plan politique national. Cela ne doit pas faire oublier qu’au niveau local l’engagement citoyen est primordial.*-

A Eaubonne, les conseils de quartiers regroupent des personnes de tout horizon ayant comme intérêt commun l’amélioration du cadre de vie. Ces conseils viennent justement d’être renouvelés et nous leur souhaitons de pouvoir fonctionner dans une véritable démarche de démocratie participative.
Car sur ce plan, le fonctionnement durant le mandat précèdent n’a pas réellement répondu aux attentes des conseillers de quartier, qui ne se sont pas toujours sentis écoutés ou soutenus par la municipalité. Ce qui a d’ailleurs entrainé de nombreux abandons et démissions. Souhaitons donc aux nouveaux conseils d’être mieux considérés.
Il est grand temps que l’approche de notre Maire vis-à-vis de la participation des habitants à la vie de la ville change radicalement. Pour reprendre ses propres mots, elle est "couramment conçue de façon descendante voire condescendante, et il devient urgent de la rendre ascendante en mettant enfin le dynamisme local au cœur des préoccupations municipales". Nous lui demandons , encore une fois, de passer de la théorie à la pratique et de mettre ses belles paroles en application.
Acteurs essentiels, les associations sont nombreuses et particulièrement dynamiques à Eaubonne. Rendons hommage à toutes les femmes et les hommes qui s’investissent pour notre qualité de vie et qui, eux aussi, ont parfois l’impression d’être « utilisés » comme prestataires de services plutôt que véritablement associés aux projets de la ville.
Il nous parait important que chaque personne s’engageant dans un mouvement visant à améliorer notre cadre de vie ou résoudre des problématiques collectives soit entendue et respectée, sous peine de décourager les volontés et de voir disparaitre la démocratie participative.

Les élus du groupe minoritaire Eaubonne Notre Ville : Marie-José Beaulande, Jean Aubin, Alexandra Girard, Bernard Le Dûs, Sylvie Daunesse, Gilles Thuillier et Evelyne Dutouquet-Le Brun vous souhaitent une très belle période estivale.

Posté par EnvAsso à 12:15 - - Permalien [#]

06 juillet 2017

Le Maire désavoué

image18

Par 16 voix contre, 14 pour, 3 abstentions et 1 blanc, le conseil municipal a rejeté la délibération par laquelle le Maire demandait le bénéfice de la protection fonctionnelle dans le cadre d'une procédure qu'il souhaite engager pour diffamation publique contre M. Damien Parent, conseiller municipal de la majorité. Majorité qui ne l'a donc pas suivi. La délibération devait autoriser la prise en charge par la ville des frais de justice.

Extrait des motifs de la délibération
Au cours de la séance du Conseil municipal d'Eaubonne du 17 mai 2017, Monsieur Damien Parent a tenu, à l'encontre de Monsieur Dublineau les propos suivants : "(…) votre comportement n'est pas digne d'un Maire qui respecte ses élus, votre comportement est digne d'un dictateur aux petits pieds, jaloux de ses prérogatives. (…) il est temps de faire un premier bilan de votre action en tant que Maire et de la situation d'Eaubonne depuis que vous la "dirigez". Je dis "dirigez" entre guillemets, car le concept de direction, de management et d'organisation me semble vous être totalement étranger. (…) oui j'ai des reproches à vous faire. D'abord, je ne comprends pas votre absence totale à la communauté d'agglomération. Votre mission, notamment avec l'application de la loi NOTre qui confère de nouvelles compétences à l'intercommunalité consiste donc à défendre les intérêts de notre commune. Or je constate que vous n'y siégez pratiquement pas et que vous n'y intervenez jamais. En agissant ainsi, vous méprisez les Eaubonnais. Siéger à l'agglomération ne veut pas dire percevoir des indemnités de complaisance. Cela implique des devoirs, je crois que vous oubliez ces devoirs."
M. Le Maire considère que l'allégation selon laquelle il se contenterait de percevoir des indemnités sans siéger, porte atteinte à son honneur. Il a joint les compte-rendus des différentes instances.

La position des 7 élus du groupe "Eaubonne, notre ville"
1. Dans un conseil municipal, un élu accuse le Maire de mal faire son travail. Pas d'accusation de malversations ou autre. Sans minimiser, le mal n'est pas bien grand … La Cour européenne des Droits de l'Homme a d'ailleurs pris une position en ce sens.
Le Maire lui-même, régulièrement, tient envers notre groupe des propos méprisants…
2. En règle générale, les plaintes sont formulées à l'encontre d'une opposition qui exprime publiquement et de façon répétée (blogs, réseaux sociaux, etc.) des attaques outrancières.
3. La plainte vise un membre de la majorité. Cela veut donc dire que le Maire veut faire payer aux Eaubonnais ses difficultés à gérer son équipe. Nous avons indiqué que si la procédure devait aller à son terme, nous espérions qu'était prévu un mécanisme de reversement à la ville des dommages perçus.
4. Si l'on peut comprendre la nécessité de défendre sa réputation, il ne nous parait pas nécessaire d'aller jusqu'à un dépôt de plainte. Il aurait suffi d'apporter les éléments en séance.
5. La vraie question est : "Que peut-on avoir à Eaubonne comme expression contradictoire ?". C'est aussi cela l'image de la ville et celle du Maire.

Posté par EnvAsso à 20:24 - Permalien [#]

02 juillet 2017

Cachez ce Plan local d'Urbanisme …

image18

Dernier point de l'ordre du jour du conseil municipal du 28 juin, le PLU a été approuvé en catimini. Visiblement, le Maire ne voulait pas de débat ! Et pourtant ce n'était pas une formalité.
Le projet de PLU a été modifié suite à l'enquête publique et à l'avis des Personnes Publiques Associées, au premier rang desquelles, l'Etat.
Moindre protection des quartiers pavillonnaires mais toujours densification intense. Pourtant, le Maire avait promis lors de sa campagne "stop au bétonnage". Il a trompé les Eaubonnais, et c'est ce qui marquera ce PLU.

Ci-dessous l'intégralité de l'intervention de notre groupe lors du conseil municipal.


Approbation PLU – CM 28 juin 2017
Nous nous retrouvons après l'enquête publique. Beaucoup de personnes ont participé, le commissaire enquêteur a donné un avis favorable avec 3 réserves.
Il y a eu des évolutions positives, en particulier compte tenu des contraintes de terrain, des réserves des personnes publiques associées, et de la prise en compte de certaines remarques exprimées par les habitants.
J'interviendrai sur les points que nous avions déjà évoqués.
Le classement du patrimoine bâti. Une augmentation considérable et non justifiée du nombre de maisons "protégées"
Il va exister une contrainte sur les propriétaires. Le commissaire enquêteur approuve cette démarche. Mais entre les maisons classées, il n'y a pas de contrainte, donc pas de préservation globale. La réponse "moins de construction" parait bien optimiste.

La disparition d’une zone N dans le sud de la ville et potentiellement d’un ru.
Le cours du ru qui délimite les villes d’Eaubonne et St Gratien perd sa qualification de zone naturelle, il est zone N sur trois parcelles puis disparait devenant une zone UF. La ville répond que l'emprise est totalement artificialisée. C'est un peu court alors que c'est véritablement une zone humide.

Le retour à un zonage dérogatoire pour les équipements publics. Création d’une UF.
Ce zonage donne des possibilités de construction sans aucune garantie pour les riverains (pas de limitation de hauteur, etc.). L’ancien PLU qui avait intégré les équipements dans le zonage global du quartier assurait une protection par une insertion réglementaire égalitaire. Pour nous, cette UF n’est pas utile, mais la ville se donne encore plus de liberté, en ajoutant "il est possible de construire des bâtiments à usage d'habitation et d'hébergement liées à la vocation de l'équipement public". Quelle est l'intention ?

Atteindre les 25% sociaux.
Le projet de PLU n'était pas assez explicite, il le devient grâce aux réserves de l'Etat.

La protection des quartiers pavillonnaires.
Beaucoup "d'assouplissements", le terme est joli, il veut dire que beaucoup des nouvelles contraintes ont été retoquées, alors même que nous estimions leur impact limité.
Il est créé une zone UGa où on revient au 50% de pleine terre, implantation sur les 2 limites séparatives. Nous n'avons pas de posture idéologique mais pratique :
- Comment a été déterminée la zone UGa ? Elle va bien loin des gares … mais quelle a été la réflexion ?
- Comment allez-vous faire respecter le 60%, car le problème est bien la création d'aménagements sauvages ultérieurs
Et il y a bien d'autres "assouplissements" …

Les zones UP, les Orientations d'aménagement
Le PLU de 2013 intégrait des zones de densification assurant un développement de la ville sur plusieurs années. L'augmentation de la mise à disposition de foncier aux promoteurs amènera un développement moins progressif de la ville, alors que la ZAC Ermont-Eaubonne a déjà été une étape importante d'évolution.
En particulier dans le Sud, l'enchevêtrement des zonages rend les projets peu cohérents.
Incohérence aussi dans les réponses :
Au sud du BIP en particulier, les riverains n'ont rien à dire, il faut densifier.
L'abandon du Val Joli ? Il y avait de fortes attentes des riverains du secteur.
2 poids 2 mesures ? Des riverains de qualités différentes ?

Conclusion
La longue procédure du PLU s'achève. Que retenir ?
• Une protection des quartiers pavillonnaires réduite puisque les mesures que nous estimions à faible impact ont encore été assouplies.
• Une forte densification qui est votre choix politique.
Vous auriez dû exprimer cette volonté politique au moment de la campagne électorale. Mais non, vous avez dit "stop au bétonnage" et les Eaubonnais ont cru que vous reviendriez sur ce que nous appelions la "densification raisonnée". Vous les avez trompés, et ce sera la marque de votre PLU.

 

Posté par EnvAsso à 18:19 - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2017

Le journal de l'association - N°6 mars 2017

Téléchargez le journal au format PDF ENV5ENV_Journal6-2017

 

  • Services municipaux et agents en danger
  • Les ATSEM en sursis
  • 80 000€, pour quoi faire ?
  • Fin des gardiens dans les équipements
  • Développement durable : agir dès maintenant
  • Permis de construire cherche projet
  • Récompense en béton
  • Police Municipale : la démesure
  • La vérité si je mens
  • Le mi-mandat en 10 questions

 

 

 

Posté par EnvAsso à 18:57 - - Permalien [#]

03 avril 2017

Police Municipale : la démesure

po

M. le Maire a décidé de reprendre la compétence Police Municipale et d’en augmenter les effectifs. Jusqu’alors, la ville bénéficiait de 9 agents +2 ASVP (1) en journée jusqu’à 22h et de l’infrastructure de la communauté d’agglomération (direction, secrétariat, gestion, bâtiment, voiture) pour un coût de 440 000€.
Le projet prévoit une augmentation du nombre d’agents à 16 en 2017 puis 22 en 2018 (pour 25 100 habitants) et nécessiterait l’implantation de bâtiments modulaires dans la cour du poste de Police Municipale, en attendant la construction d’un nouveau commissariat. Aux dernières nouvelles, le service serait assuré de 5h à 22h, le créneau 22h-5h étant assuré par la brigade de nuit de l’agglomération ValParisis. M. le Maire prévoit aussi l’armement des agents.

Si nous ne remettons nullement en cause la nécessité de la présence d’une Police Municipale, ce projet pose cependant, des questions importantes :

UN SURCOÛT TRÈS IMPORTANT POUR LA VILLE
Un surcoût dû à l’augmentation des effectifs : 250 000€ annonce M. le Maire. Oui la première année avec les 7 recrutements, mais bien plus lorsque les 22 agents seront en fonction.
Un surcoût dû à la reprise de la compétence : la ville se prive de la mutualisation des moyens et des économies associées. C’est, en effet, un budget supplémentaire qui devra être alloué chaque année pour les salaires de secrétariat, le recrutement d’un directeur, le fonctionnement et l’entretien du bâtiment, l’entretien et le renouvellement du parc automobile, la formation des agents… Et il faudra aussi y ajouter le coût de la future brigade de nuit que la communauté d’agglomération facturera à la ville.

L’AUGMENTATION DES EFFECTIFS
Pourquoi une telle augmentation ? Y a-t-il une hausse importante de la délinquance à Eaubonne ? Eaubonne est-elle une ville où l’insécurité nécessite des moyens beaucoup plus importants que des villes avoisinantes et socio-culturellement de même strate ? Aucune donnée n’a été fournie par la Municipalité, aucun projet détaillé n’a été présenté et débattu notamment sur les missions de la Police Municipale, et leur articulation avec celles de la Police Nationale.

L’ARMEMENT DES AGENTS
M. le Maire a décidé d’équiper les agents d’armes létales (type revolvers). Mais d’autres choix sont possibles. Ils ont fait l’objet de débat en conseil municipal dans plusieurs villes environnantes, pas à Eaubonne. Certaines ont opté pour des armes non létales (type «Taser» ou «flash-ball»), ou des armes d’autodéfense (bâton de défense de type «tonfa» bombes aérosol incapacitantes) qui permettent à la Police Municipale de se protéger.
A Eaubonne, les agents de la Police Municipale sont déjà dotés d’armes d’autodéfense. Le port d’armes létales est-il vraiment utile ? N’entraîne-t-il pas une escalade de la violence ? La Police Municipale pourra-t-elle empêcher des individus déterminés à agir ? Elle ne doit pas, ne peut pas se substituer à la Police Nationale.
Armer les policiers d’armes létales, c’est rendre leur mission de proximité difficile, c’est entraver leur capacité d’aller au contact de la population et de créer des relations de confiance.

En résumé, une décision du Maire importante pour les habitants, pour un coût très conséquent ayant pour résultat une hausse d’impôt de 3.5%, sans débat, sans un état des lieux précis permettant d’en apprécier la nécessité, sans projet bien défini.
Dans le même temps, M. le Maire rogne sur tous les budgets touchant de près l’éducation des enfants eaubonnais alors que la première pierre de la lutte contre la délinquance et la radicalisation, c’est l’Education..

(1) ASVP : Agent de Surveillance de la Voie Publique

 

image14

image15

Posté par EnvAsso à 00:10 - Permalien [#]
Tags :

31 mars 2017

La vérité si je mens

image1

Après maintenant trois ans de mandat, le Maire persiste et signe : «Si rien n’est fait, c’est la faute des autres ! L’équipe municipale précédente n’a rien fait pendant 13 ans !».

S’en prendre ainsi à l’ancienne équipe, c’est dénigrer également le travail accompli au quotidien par l’ensemble du personnel communal de chacun des services qui, eux non plus, ne sont pas restés inactifs pendant 13 ans !
A se demander s’il habitait alors à Eaubonne ?
Aujourd’hui ces affirmations non fondées ne doivent plus tromper personne et nous nous devons de rétablir encore la vérité.
Au cours des deux mandats gérés par l’ancienne majorité, les dépenses d’investissement se sont élevées à plus de 90 Millions d'euros dont plus de la moitié pour la réalisation de nouveaux équipements.

Voilà la liste détaillée des investissements réalisés entre 2001 et 2013

Invts_2001_2013_p

 

 

Vous pouvez aussi la télécharger en format pdf

Invts_2001_2013.PDF

Posté par EnvAsso à 11:34 - Permalien [#]

29 mars 2017

Derniers jours pour donner votre avis sur le développement de notre ville

plu2

L'enquête publique sur le Plan Local d'Urbanisme (PLU) se termine le 3 avril. Le registre d’enquête est tenu à disposition à la Mairie et le commissaire enquêteur assurera sa dernière permanence le Lundi 3 avril 2017 de 14h à 17h.

Chacun peut prendre connaissance du dossier et consigner ses observations sur le registre ou adresser ses observations à l’attention de Madame Françoise DEMENTHON, commissaire enquêteur par courrier ou par voie électronique (enqueteplu@eaubonne.fr).

Dans notre regard, plusieurs points posent problème dans ce PLU :

1/ Densification
La densification prévue est très importante. Nous ne sommes pas contre une densification mais à condition que cela soit fait de manière raisonnée et maîtrisée !
Le point négatif réside dans le fait que la ville va mettre à disposition des promoteurs une grande quantité de terrains alors même que la ZAC de la gare n’est pas encore terminée. Ce qui est brutal c’est le rythme de construction décidé par le Maire au travers de son PLU. Une évolution moins rapide permettrait de mieux absorber les populations nouvelles et les changements d’organisation et de rythme de vie qui en découlent. Dans son projet, il y a un manque de fluidité, de fur et à mesure.

2/ Zone inondable
Pour ce qui est des projets d’immeubles dans le sud de la ville, c’est une zone inondable. Actuellement, à chaque construction, l’eau remonte et inonde le voisinage alors avec l’ampleur du projet … Projet qui nous semble vraiment mal calibré et mal équilibré pour le secteur car il prévoit beaucoup de grosses constructions et une petite zone naturelle.

3/Le classement du patrimoine bâti
Avec + de 500 pavillons qui vont subir des contraintes fortes pour leurs travaux d’entretien et d’embellissement, ce classement ne nous semble pas le meilleur moyen de protéger l’esthétique de notre ville puisque le projet n’empêche pas la construction entre deux belles bâtisses, de maison de type « Phenix ». Par ailleurs, certains agrandissements très réussis, visibles sur notre ville, bois ou métal sur des maisons de caractères prouvent qu’il valait certainement mieux étudier au cas par cas comme c’était le cas dans le PLU précèdent ou encore protéger des rues entières pour éviter les écueils comme dans la rue Jeanne où une petite préfa a poussé entre deux meulières.

4/ Zone naturelle
Le PLU se vante d’une augmentation des zones N alors qu’il ne respecte ni l’équilibre des zones sur la ville ni l’historique des sols : des friches passent en zone N dans le nord de la ville pendant qu’une grande partie de celle du sud va disparaitre en faveur de constructions alors même que, pour le coup, c’était une vraie zone naturelle depuis toujours avec son ru et son écosystème.

5/Zone UF
La mise en place d’un zonage spécifique pour les équipements publics va permettre tout et n’importe quoi quel que soit le secteur ! Dans le PLU précèdent, les équipements publics suivaient les mêmes règles que le secteur dans lequel ils étaient construits par exemple 8 m maxi de hauteur dans les secteurs pavillonnaires…

6/ Val Joli
Abandon du projet UG pour le transformer en parc alors que ce secteur est déjà bien pourvu avec le parc du château et le Luat ! La qualité de vie du secteur aurait pu et dû profiter à plus d’Eaubonnais or, faute d’un nombre suffisant d’habitants avec l'abandon d'une partie du projet initial, les locaux commerciaux ne trouvent pas preneur… Les choix du Maire ont privé ce secteur de tout dynamisme. Nous ne comprenons pas l’incohérence entre la densification qu’il souhaite pour la ville (visible avec le projet Chaussée Jules César) et ce qu’il fait dans ce secteur.

En conclusion, une révision de PLU inutile puisqu’elle n’apporte pas d’avancée notable sur les quelques points de vigilance de celui de 2013 et qui, en plus, laisse craindre que de nouveaux points négatifs apparaissent.

 

Posté par EnvAsso à 23:05 - Permalien [#]
Tags :